LE COMMENCEMENT

No Child Left Behind : Une série rétrospective sur les progrès réalisés et sur ce qui nous attend

Dans cette série en quatre parties, nous jetterons un regard rétrospectif sur le programme No Child Left Behind, les progrès qui ont été réalisés et nous explorerons également ce que nous réserve le futur.

1e partie : Un commencement plein d’espoir et d’incertitudes

La proposition du lancement d’un projet tel que No Child Left Behind était redoutable. Cela voulait dire entrer dans Budhpura, un village abondant de défis et imprégné de traditions, dans le but d’y apporter un changement significatif. L’équipe concernée par le démarrage du projet a vécu beaucoup d’émotions – de l’espoir à la peur, en passant par tout ce qui peut y avoir entre les deux.

Budhpura. Un village indien semi-rural hautement vulnérable au travail des enfants.

L’objectif du programme était d’éradiquer le travail des enfants dans l’industrie des pavés de grès indienne et d’aider les enfants impliqués dans l’industrie à aller à l’école puisqu’à l’époque, deux tiers des enfants de cette région n’étaient pas scolarisés. Le groupe savait que ceci en particulier serait compliqué à réaliser à Budhpura en raison des difficultés contextuelles énormes de la région. Parmi les difficultés, l’équipe aurait eu à affronter la forte migration, la discrimination largement répandue, les enjeux de santé généralisés, les installations scolaires limitées et les structures de soutien familial pour les enfants. Et le plus fondamental, il n’y avait pas d’eau potable salubre. Ainsi, pour éradiquer vraiment le travail des enfants dans la région, le groupe devait d’abord s’atteler à certaines des autres questions clés affrontées par la population de Budhpura.

Une école typique de Budhpura

Tandis que l’équipe était anxieuse de commencer et pleine d’espoir de pouvoir finalement apporter un changement significatif au sein de la communauté, elle savait aussi que le chemin à parcourir ne serait ni rapide ni facile. Pour commencer, un partenariat avait été formé entre plusieurs entreprises clés, y compris Beltrami Natural Stone, London Stone et Stoneasy.com, et des ONG, dont ARAVALI, ICN, Manjari et Stop Child Labor. Alors que beaucoup des organisations étaient situées un continent plus long, Manjari disposait d’une équipe sur le territoire de Budhpura. Ce lien direct avec la communauté s’est avéré inestimable, ce que toute l’équipe aura pu constater immédiatement. Mais à ce stade précoce, il ne pouvait offrir qu’un point d’ancrage qui aurait permis à tous de commencer leur travail.

Pour pouvoir démarrer ce projet, la participation de plusieurs parties prenantes étaient nécessaire

Si vous voulez en savoir plus sur les début de No Child Left Behind, consultez notre article de blog, Creating Child Labour Free Zones: A Tough But Rewarding Journey.

Leave a comment

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *