LA SITUATION ACTUELLE

No Child Left Behind : Une série rétrospective sur les progrès réalisés et sur ce qui nous attend

Dans cette série en quatre parties, nous jetterons un regard rétrospectif sur le programme No Child Left Behind, les progrès qui ont été réalisés et nous explorerons également ce que nous réserve le futur.

3e partie : Le travail se révèle payant

Depuis le lancement de No Child Left Behind, des progrès incroyables ont été faits dans le retrait des enfants du travail et leur retour à l’école. Au demeurant, selon le rapport « Stop Child Labour – Out of Work Programme – End Term Evaluation » de la coalition Stop Child Labor, 361 enfants ont été empêchés de travailler et 593 autres retirés du travail, un total donc de 1 019 enfants identifiés initialement comme « non scolarisés ». Par ailleurs, sept écoles (dont six écoles primaires et une secondaire) sont actuellement entièrement opérationnelles alors qu’il n’y en avait qu’une seule à l’origine. C’est sans compter les huit centres préscolaires (Anganwadis) qui n’existaient pas autrefois. Nous attendons aussi la nomination de professeurs supplémentaires suite aux pressions en cours du gouvernement d’état.

Le projet a fourni des résultats réels et tangibles, permettant le retour des enfants dans l’enseignement.

Il y a eu également d’énormes progrès en ce qui concerne la responsabilité des commerçants de pierres. Grace aux systèmes de surveillance qui ont été mis en place, il est désormais beaucoup plus facile pour les personnes de la chaîne d’approvisionnement de savoir ce qui se passe et de savoir s’il est question de travail des enfants.  Au demeurant, 69 carrières et les commerçants concernés ont pris suffisamment au sérieux l’interdiction du travail des enfants pour introduire, tandis que 14 carrières ont été équipées de caméras de surveillance.  En dépit de cela, nous avons découvert que des enfants travaillaient sur certains chantiers « sans travail d’enfants » et cette déception souligne encore une fois l’importance de ne pas baisser la garde au sujet du problème.

De nombreuses carrières à Budhpura ne sont pas encore déclarées Zones Sans Travail des Enfants.

Au-delà des changements concrets que l’on peut voir à Budhpura, l’équipe du programme No Child Left Behind voudrait aussi s’arrêter sur les changements significatifs dans le moral à et autour de Budhpura. En visitant le village aujourd’hui, on peut voir une communauté plus optimiste, enjouée et vibrante. La sensation réelle à Budhpura est que la vie est en train de changer en mieux. Ceci encourage à son tour à un désir de s’impliquer plus grand de la part de la communauté, ce qui permettra au bout du compte d’arriver à une réussite encore plus durable.  Le centre de la communauté locale est vraiment devenu le cœur de la plupart de ces opérations, offrant aux résidents du village un espace pour communiquer et continuer d’avancer.

Une communauté autrefois divisée et isolée s’est aujourd’hui réunie pour réorganiser et reprendre en main son futur.

Voici quelques unes des autres manières dont No Child Left Behind a positivement influencé la communauté :


• 84 jeunes femmes (de 15 à 18 ans) ont achevé une formation de couture et 22 jeunes hommes (de 15 à 18 ans) ont terminé un cours d’électricien, leur permettant d’être plus autonomes sans devoir compter sur le commerce de la pierre.
• 17 groupes d’entraide de femmes (SHG) ont été créés, pour un total de 197 membres. Ces groupes d’entraide sont des structures pour une épargne collective et faciliter l’accès au crédit et sert aussi d’instrument d’autonomisation pour les femmes.
• 570 personnes ont obtenu l’accès aux pensions de veuve ou des avantages dont elles ne savaient même pas qu’ils existaient.
• 586 travailleurs bénéficient désormais d’une assurance accidents payée par les employeurs. Manjari espère étendre le projet à tous les travailleurs en 2017.

Pour connaître tous les résultats, lisez l’External Evaluation of the Out of Work Programme (2014 – 2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *