TOURNÉS VERS L’AVENIR

No Child Left Behind : Une série rétrospective sur les progrès réalisés et sur ce qui nous attend

Dans cette série en quatre parties, nous jetterons un regard rétrospectif sur le programme No Child Left Behind, les progrès qui ont été réalisés et nous explorerons également ce que nous réserve le futur.

4e partie : Tournés vers l’avenir

Maintenant que le programme No Child Left Behind connaît quelques succès bien établis, il est temps de commencer à se tourner vers le futur. En l’occurrence, cela signifie étendre une grande partie du travail et aider ainsi une communauté plus large, en particulier en s’attaquant aux normes sur les chantiers et dans les mines.

Les mines sont loin d’être un lieu de civilisation. Y réaliser des changements représentera un défi énorme.

Pour commencer, les partenaires du projet commenceront à avoir un regard plus critique sur les conditions de travail, comme la santé et la sécurité dans les carrières locales. Par ailleurs, ils essaieront aussi d’aider à formaliser les systèmes de paiement pour garantir que les travailleurs soient payés pour leur travail. Un élargissement du système d’autosurveillance pour couvrir ces zones sera examiné par le groupe. Pour ces chantiers qui ont le plus de succès, il y aura aussi un système de conversion des chantiers globaux en chantiers modèles que les autres pourront utiliser comme exemple. Et pour aider dans tous ces efforts, le groupe continuera à former les travailleurs pour qu’ils comprennent leurs droits et puisse mieux plaider en leur faveur.

Une aire de stockage typique à 2 niveaux. Tout le grès indien vendu au Royaume-Uni et en Europe provient de carrières similaires à celle-ci.

Comme il s’agit d’une communauté de migrants, il y a un besoin continu d’enseigner aux nouveaux venus l’importance et les avantages de tenir les enfants à l’écart du travail et à les envoyer à l’école. Mais même pour les familles qui acceptent que cet enseignement soit un droit pour leurs enfants, il y a toujours des défis à traiter quant au système scolaire. En particulier, le système à Budhpura est aux prises avec une sérieuse pénurie de professeurs qualifiés.  Malgré les progrès réalisés dans le village, de nombreux enseignants préfèrent encore d’autres affectations. Cela veut dire que la proportion entre les étudiants et les professeurs est beaucoup trop élevée, alors que les difficultés dans la construction de l’infrastructure soutiennent l’allure.

Le centre de la communauté de Manjari se trouve au cœur de la communauté de Budhpura

D’un point de vue administratif, il est de plus en plus crucial que la communauté, spécialement la communauté commerciale locale et d’exportation, prenne en main le plus de travail possible. C’est la seule façon de créer un programme vraiment durable – en particulier une fois que les fonds seront placés dans le futur. Pour l’instant, nous poursuivons notre travail et nous sommes très satisfaits de la coopération formidable avec la population de Budhpura.

La communauté de Budhpura s’est réunie pour soutenir ce projet.

Vous voulez en savoir plus sur le rôle de la population locale dans ce travail ? Lisez notre article de blog, The Unsung Heroes Behind Child Labour Free Zones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *